Achat immobilier à Miami : Comment éviter les pièges et les arnaques ?

Je donne des conseils juridiques, fiscaux et économiques en matière d’investissements immobiliers à Miami.

Je constate régulièrement que des investisseurs imprudents sont victimes de pièges, voire d’arnaques.

Une vente immobilière aux Etats-Unis se conclut sans l’intermédiaire d’un notaire.

Ce sont les avocats du vendeur et de l’acheteur qui rédigent et font officialiser le contrat de vente.

Malheureusement nombre d’acheteurs, trop heureux de ne pas avoir de droits d’enregistrements à payer (dans la plupart des pays européens ils dépassent les 10% du prix d’achat), oublient qu’il est toujours imprudent de signer un compromis de vente sans avoir consulté au préalable un ou plusieurs professionnnels chargés d’examiner les différents aspects juridiques, fiscaux et économiques d’un engagement de cette importance.

S’il est particulièrement intéressant d’investir actuellement dans l’immobilier à Miami, c’est suite à la crise des sub-primes et de l’immobilier aux Etats-Unis.

Cela signifie cependant aussi que l’ensemble du secteur immobilier a été touché, y-compris les professionnels qui y officient.

Force m’est de constater que certains professionnnels (ou prétendus-professionnels) essayent dès-lors de vendre à tout prix et n’hésitent pas à proposer aux candidats-acheteurs des affaires risquées, douteuses ou même trompeuses.

Sans être exhaustif, voici quelques exemples :

– Des appartements situés dans des buildings presque totalement inhabités ou dans des immeubles dont un grand nombre de co-propriétaires sont confrontés à de graves problèmes financiers : Les charges nécessaires à la gestion et à l’entretien devront alors être partagées entre les co-propriétaires non-défaillants et que se passera-t-il lorsque des frais extraordinaires devront être déboursés (ascenseur, piscine, façade, etc) ?

– Le risque peut même être simplement d’ordre économique : Si les perspectives de plus-value sont très importantes pour les biens de qualité situés dans les quartiers les plus prisés de Miami, certains autres quartiers doivent être évités.

– Enfin, j’ai même été consulté par des investisseurs qui pensaient avoir acheté un appartement mais qui en réalité étaient devenus co-actionnaires d’une société ayant investi dans différents biens immobiliers, avec les conséquences parfois catastrophiques en cas de faillite de celle-ci.

Je ne peux dès-lors que conseiller vivement aux investisseurs de consulter un avocat spécialisé AVANT de signer tout document. Son inscription au Barreau apporte la preuve de compétences découlant d’un diplôme de droit et sanctionne et assure sa responsabilité en cas de faute professionnnelle.

De plus, un avocat spécialisé donnera une consultation précise et détaillée sur le système juridique et fiscal applicable à l’immobilier aux Etats-Unis, qui est fort différent des nôtres : Faut-il acheter en nom personnel ou par l’intermédiaire d’une société constituée à cette fin, quel sera le régime fiscal applicable, la confidentialié de l’investissement peut-elle être préservée, etc?

L’absence de droits d’enregistrement et surtout la très importante plus-value escomptée en cas de revente sont sans commune mesure avec le montant des honoraires qu’un avocat postulera et dont l’intervention garantira le succès de l’opération.

By |2017-07-31T14:27:00+00:00July 3rd, 2010|Expert Advice|